Edito

Normalien et major de l'agrégation de Sciences économiques et sociales, Hugues Cazenave a été directeur général d'Infométrie, puis directeur général adjoint d'Ipsos Opinion. En 2000, il crée OpinionWay dont il est aujourd'hui Président. Son institut a été le premier en France à réaliser des études via internet. Egalement enseignant, Hugues Cazenave mène de front ces deux carrières, notamment comme conférencier à Sciences Po Paris, à HEC, pour le mastère spécialisé en Management et Nouvelles technologies, ainsi qu'à Paris II Panthéon-Assas, pour le mastère de communication et multimédia. Il décrypte pour nous les résultats du baromètre annuel sur l'image de l'industrie réalisé par l’UIMM.

Comment les Français perçoivent-ils leur industrie ?
Les Français sont exposés à des contenus médiatiques très négatifs sur l'industrie : la crise, les difficultés économiques, les fermetures de sites... Ce contexte impacte fortement l'opinion et, de ce fait, le secteur ne leur paraît pas attractif. Selon notre enquête, seulement 13 % des personnes interrogées déclarent qu'elles aimeraient travailler dans l'industrie, tandis qu'elles sont 31 % à souhaiter travailler dans les services, 20 % dans le commerce et 18 % dans l'artisanat. De plus, moins d'un Français sur deux estime que l'industrie crée des emplois en France.

Que pensez-vous du retour de l'industrie au cœur du débat public ?
La campagne présidentielle a projeté l'industrie au cœur du débat public, mais sur un constat plutôt pessimiste. L'an dernier, la dégradation d'image avait été assez nette. Mais, depuis, il y a eu un changement de discours. Les propos sont davantage mobilisateurs, optimistes, portant une ambition pour l'industrie française. L'opinion commence à le percevoir puisque 9 Français sur 10 déclarent avoir entendu parler de l'industrie dans les médias. Désormais, 61 % des personnes interrogées estiment que l'industrie assure le dynamisme de l'économie française et 90 % pensent que le secteur est utile.

Quelle est l’image des métiers proposés par les industries technologiques ?
L'idée que l'industrie française est un secteur d'innovation et d'expertise existe : 80 % des personnes interrogées pensent que la technologie est au cœur des métiers de l'industrie. De manière générale, 84 % des sondés qualifient l'industrie de « technologique » et 74 % la définissent également comme « innovante ». Les politiques insistent d'ailleurs aujourd'hui sur ces qualités, sur l'excellence de l'industrie, sur sa capacité à innover. Ces aspects valorisants sont perçus, mais le stock d'emplois est jugé insuffisant.

Quels sont les atouts des industries technologiques pour inciter les jeunes à s'orienter dans cette voie ?
C'est l'innovation sans aucun doute ! Plus le secteur est du côté de la technologie, de l'innovation, plus les métiers seront jugés attractifs et tournés vers l'avenir. Une majorité de jeunes estime que les industries technologiques proposent des métiers d'avenir et qu'elles offrent la possibilité de se former et d'évoluer tout au long de sa carrière. Pour autant, ils ne pensent pas que le secteur crée des emplois, or nous voyons bien que beaucoup d’emplois aujourd'hui sont à pourvoir dans certains secteurs comme l’aéronautique sans que les entreprises trouvent des candidats. Les enseignants peuvent être un réel atout pour améliorer encore cette image, car pour une très large majorité d'entre eux, le secteur permet de participer à des projets innovants et d'acquérir des compétences fortes et diverses.

Quels sont selon vous les enjeux majeurs pour l'avenir de l'industrie française ?
Pour l'attractivité du secteur, il y a un travail de sensibilisation important à faire pour fluidifier la rencontre entre l'offre d'emploi et la demande. Il s'agit donc d'aller à la rencontre des jeunes pour qu'ils perçoivent ce qu'est réellement l'industrie, l'intérêt de ses carrières et de ses métiers.. C'est en venant voir les jeunes, qu'on les touche vraiment, plus que par des campagnes publicitaires. C'est un enjeu aussi pour l'économie française que l'industrie trouve des candidats et les jeunes des emplois. Mais je suis optimiste : le fait que le discours change, que l'industrie reprenne toute sa place, va porter ses fruits à l'avenir. L'opinion sera plus en phase avec les acteurs économiques qui créent de l'emploi.

Stéphanie Hoebeke - 03/04/2013

© 2013 Les Industries Technologiques - Tous droits réservés